top of page
  • Photo du rédacteurBERAUDIER SYLVAINE

Comment le sport permet d’accepter sa maladie ? Témoignage de Anne-Elizabeth

Dernière mise à jour : 2 juin 2023

Les sports pouvant être pratiqués par des personnes en situation de handicap sont multiples. Tout comme pour les personnes valides, ils apportent bien-être à travers la stimulation des aspects physiques, psychologiques et sociaux. Le sport est un excellent moyen de rééducation et de réadaptation après la survenue d’un handicap, d’une maladie invalidante etc.




1. Une maladie méconnue et un renfermement sur soi-même.


Anne-Elizabeth est atteinte d’une maladie neurologique progressive rare. Bien qu’elle soit stable depuis 3ans, les recherches effectuées ces dernières années ne permettent toujours pas d’établir un diagnostic.

Elle a été en centre de rééducation dans lequel elle ne sortait pratiquement pas. Elle ressentait un profond sentiment de renfermement. Elle était malheureusement confrontée à très peu d’interactions sociales extérieures au centre. Elle n’était quasiment pas autorisée à faire de sport. C’est le prof de sport du centre qui a poussé les médecins et spécialistes à la laisser exercer une activité sportive.


2. La découverte du rugby et basket fauteuil


Elle a toujours fait un peu de sport avec sa fratrie mais ce n’est qu’après l’apparition de sa maladie qu’elle s’est intéressée au basket et au rugby. Elle a découvert, grâce aux réseaux sociaux, que ces sports existaient de manière adaptée pour les personnes en situation de handicap.


3. Des opportunités, des engagements et des débuts prometteurs


En 2019 elle a été repérée et participe au championnat de basket U23. Son talent lui a valu d’être appelé en stage par l’équipe de France pour un remplacement en février 2021. Un remplacement qui lance ses débuts en nationale 1. Depuis les entrainements s’enchainent, presque tous les soirs. Elle me confie que c’est lorsqu’elle se rend à son club et s’entraine qu’elle peut se dépasser. Son esprit est focus sur son activité, sur ses objectifs et elle ne pense donc plus à la maladie.


Anne Elizabeth, en plus du sport, consacre une partie de son temps libre à la sensibilisation au sport handicap. Elle intervient, avec son club CAP SAAA, dans les écoles, dans les centres de rééducation et dans les entreprises.


4. Des paroles pleines d’espoir


S’il y a bien une chose dont cette jeune femme est certaine c’est que le sport l’aide quotidiennement dans sa construction personnelle. Elle a pu observer au cours du temps non seulement une évolution motrice mais aussi une nette amélioration de son état d’esprit et de sa santé mentale en général.


Le message qu’elle souhaite faire passer ? « Il faut prendre la vie comme elle est. Il est important de toujours avoir un but à atteindre, c’est ce qui permet d’aller de l’avant ».

46 vues0 commentaire

Comments


bottom of page