top of page
  • Photo du rédacteurBERAUDIER SYLVAINE

Tout savoir sur le handicap invisible

Dernière mise à jour : 2 juin 2023

Les handicaps invisibles sont souvent, incompris, minimisés, niés. Ainsi, de nombreuses personnes concernées doivent faire face à des situations injustes ou à des remarques déplacées. Pourtant, les handicaps invisibles sont bien réels et peuvent avoir de lourdes conséquences sur leur quotidien.





1. Qu’est ce que le handicap invisible

Lorsque l’on parle du handicap, on pense à une personne qui se déplace en fauteuil roulant ou à un aveugle qui utilise une canne.

Or, le handicap, est parfois difficile à percevoir par les autres. On parle alors de handicap invisible. Cela rend difficile la prise de conscience de ce handicap aux yeux de l’entourage, des médecins mais aussi parfois aux yeux de la personne elle-même. Cela peut conduire à des frustrations et au désespoir.


La plupart des incapacités reprises sous le terme de handicap invisible sont en fait des comportements « habituels » devenus handicapants par leur intensité et/ou leur fréquence d’apparition. Les symptômes responsables de handicaps invisibles entraînent des difficultés importantes dans la vie quotidienne de ceux qui en souffrent.


2. Comment se manifeste un handicap invisible ?


La survenance liée à une maladie

Les maladies « longue durée » peuvent entraîner des handicaps invisibles. On retrouve ici, les maladies cardiovasculaires, tumeurs malignes, diabète, asthme et affections psychiatriques de longue durée ainsi que les maladies génétiques et orphelines.

La fatigue et les douleurs chroniques viennent perturber le quotidien, le familier, la sécurité d’un corps qui fonctionne. Celles-ci peuvent devenir permanentes, invalidantes, cycliques, progressives et répétitives. Les insomnies et les troubles du sommeil peuvent être à l’origine d’une fatigue chronique.


La survenance liée à un trouble sensoriel

Les difficultés auditives et les surdités nuisent aux relations avec les autres. La fatigue, impliquée par le besoin constant de fournir un effort continuel pour suivre une conversation peut conduire au repli sur soi et à l’isolement. Les proches et l’entourage peuvent être fatigué de devoir répéter les mêmes choses à plusieurs reprises. Des changements du caractère peuvent également survenir, accompagnés d’une irritabilité et d’une fatigue accrue. De plus la mémoire est dépendante de la qualité de l’audition : qui entend mal, mémorise mal.


La survenance liée à un trouble cognitif

L’altération de la mémoire et des fonctions intellectuelles entrave sérieusement la vie quotidienne ou les relations professionnelles. Les troubles de la mémoire sont donc présents dans bon nombre de handicaps invisibles.

Les troubles de l’apprentissage scolaire se caractérisent par un dysfonctionnement dans l’acquisition des connaissances. Ils sont spécifiques à la fonction cognitive touchée : il y a des troubles d’apprentissage reliés au langage (dysphasie), à l’attention, mais aussi à des compétences spécifiques comme la lecture (dyslexies), l’orthographe (dysorthographie), le calcul (dyscalculie), etc. Ces troubles ne sont pas en lien avec un retard mental ou le niveau d’intelligence. La difficulté à s’exprimer, lire ou écrire peut limiter l’accès au monde social. On peut se sentir dévalorisé et s’isoler, se replier sur soi, souffrir d’une dépression.


La survenance liée à un trouble psychique

L’anxiété causée par un troubles phobique peut entraîner des changements de comportement, de réactions pouvant handicaper la vie quotidienne de ceux qui en souffrent.

Le manque de confiance en soi qui peut causer une grande timidité et entraîner des difficultés d’épanouissement peuvent aussi être de véritables handicaps invisibles.

La dépression ou trouble dépressif qui par ses troubles de l'humeur, perturbe fortement la vie quotidienne. De nombreux facteurs psychologiques, biologiques et environnementaux sont en cause dans sa survenue.


La survenance liée à des séquelles


Les séquelles des traumatismes crâniens, les séquelles, d’ordre neuropsychologiques affectent la mémoire, l’attention, la capacité à communiquer : tout est plus difficile, plus pénible, plus lent. Ces troubles modifient le comportement et la personnalité du blessé (humeur instable, irritabilité, perte de motivation…).


3. Comment agir avec et pour les personnes souffrant d’un handicap invisible


La meilleure chose à faire pour l’entourage d’une personne en situation de handicap invisible est d’engager le dialogue pour parler de la souffrance qu’elle ressent au quotidien. Cela peut l’aider à se sentir comprise et à entamer des démarches pour l’aider (psychologue, spécialistes des troubles du comportements, médecin généraliste, médecine douce etc.)


Il est essentiel de reconnaitre tous les handicaps invisibles. Ainsi il sera possible de proposer des parcours de soins adaptés aux personnes concernées et rendre leurs droits effectifs. Cela passe avant tout par un changement de regard des personnes non-concernées, pour dépasser les apparences et ainsi prendre conscience que les handicaps invisibles ne sont pas imaginaires et qu'ils doivent être pris en compte.

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page